RSS

Archives Mensuelles: août 2012

Lettre ouverte à un Israélien

En vacances en Israël, j’ai l’occasion de remarquer quelques particularités de ce pays…
Pas comme les autres.

L’israélien se mêle de tout, surtout quand ça ne le regarde pas.

– Yor, ne prends pas les sandwichs dans l’avion, ils sont dégueux
me dit mon frère comme dernière recommandation.
– T’inquiètes, j’en avais pas l’intention.

Une fois dans l’avion, le steward me tend le plateau-repas tout droit sorti du kit « survivre en cas d’attaque nucléaire », constitué d’un sandwich et quelques biscottes étonnement plus gonflées que le sandwich lui-même.
Je comprends qu’Israël veut préparer son peuple en cas de guerre, mais y’a des limites.
Je lui dis alors gentiment que je passe mon tour.
Le mec s’arrête, apparemment contrarié et me dit :
– Pourquoi tu manges pas ?
Assez fort, pour que je ma tape la hchouma devant toute la rangée, comme si on allait tous en débattre sur le plateau de Ça se discute ( je devais la placer, Delarue repose en paix ).

L’israélien met des graines de sésame partout

Depuis quand on met des graines de sésame sur un croissant ?!
C’est une insulte à ma culture française.
Vous diriez quoi si je foutais des pépites de chocolat sur votre Humus ?
En Israël, il existe aussi des croissants entourés de chocolat ou du chocolat entouré de croissants, personne n’a vraiment su.
C’est un genre de croisement entre le pain au chocolat et le croissant.
Ça n’a pourtant pas si mal tourné.

Ces croissants, ont un nom aussi facile à dire que la nana qui chante le tube Call my maybe ( tu connais la chanson de Carly Ra … Tu connais Call me maybe hein ? )
Les….
Roguelach.
Nous en France, on n’est pas con, on a mis le chocolat à l’intérieur comme ça on s’en fout pas partout.
En Israël, le chocolat il est autour.
Un dernier truc, il n’existe pas de « croissant au chocolat ».
C’est OU un pain au chocolat OU un croissant.
On ne mélange pas les viennoiseries comme ça !
Et puis le choix de gâteaux pour les enfants, miskinim…
Y’a les gaufrettes.
C’est tout.
Ils ont épuisé le concept en 64 ans, gaufrettes chocolat, vanille, noisettes, enrobées de chocolat…
Comme dirait mon père, AOUDA ?!
Tu m’étonnes que les gamins n’attendent pas le goûter.

B.T.W guys,
N’oubliez pas de sourire 🙂

Publicités
 

Suis-je le seul à me faire doubler ?

Je faisais la queue à l’aéroport pour passer la sécurité, (Est-ce que vous avez fait vous-même la bagage ? Je vous pose la question car peut-être c’est oune boumbe… ) quand un mec du style bon chic bon genre bon tunisien vient squatter avec sa fille fringuée avec la petite veste grise hyper populaire chez les feujs dont je tairais le nom de la marque pour ne pas faire de pub car ce n’est pas le lieu et oui c’est la phrase la plus longue au monde.
Donc, ce mec, accompagné de sa fille du style aucune meuf n’est belle Apparel, jette un coup d’oeil sur la longue queue et vient se mettre juste à côté de moi…

Etape 1 : L’ambiguïté

Le type ne se met pas derrière ni devant moi, mais bien à côté.
C’est la fameuse technique de l’ambiguïté :
on ne sait pas trop qui passera, on verra bien comment tu vas te faire carotte .

Etape 2 : L’anticipation

Je sais pas si ça remonte à un traumatisme remontant à mon enfance, mais je ne supporte pas que quelqu’un me prenne ma place.
C’est une question de principe.
J’anticipe la situation et mets fin à cette situation insoutenablement ambiguë en lui disant :
« Monsieur, si vous pensez me carotte ma place, vous rêvez. »
Le mec me répond en jouant du pipo tunisien :
« mais il y avait deux lignes, enfin bon je vous laisse je m’en fiche moi »
et il se retourne en mode je boude !
Sérieusement, il existe encore des gens qui boudent ?!

Sans transition, je me dois pour le bien de l’humanité de partager cette vidéo heartwarming;


N’oubliez pas de sourire 🙂

 
2 Commentaires

Publié par le 31 août 2012 dans Chroniques

 

Le racisme aura notre peau, sans distinction de couleur

Je ne comprends pas.
Sincèrement, ça me dépasse et surtout ça me dégoûte.
J’entends de plus en plus d’amis, de proches faire preuve de racisme.
C’est un racisme sournois, perfide, du style « entre nous, on peut se le dire ».
Non, « entre nous » c’est encore pire.
N’a-t-on donc pas au moins les couilles d’assumer ses propos publiquement ?
J’entends des phrases du genre :

C’est qu’un arabe
Un arabe, ça reste un arabe
                                                                                     Un arabe en moins, c’est toujours ça

Alors je fais semblant de ne pas avoir entendu, ou je souris de force, emporté par le poids de ma communauté mais bien vite rongé par le proverbe « qui ne dit mot consent ».
Je me dis que, au fond, faire des généralités ça arrive à tout le monde, et puis ce n’est pas vraiment ce que la personne voulait dire.
Mais ce racisme me bouffe  en tant qu’Homme, mais bien plus en tant que juif.

Le plus triste c’est qu’en insultant les Arabes, on s’insulte nous-mêmes

D’un point de vue général :
Mon peuple est multiculturel.
Tous les ans à Pessah, on se rappelle que nous avons été étrangers en Egypte et le prix que nous a coûté notre liberté.
Trop de personnes ont tendance à oublier cette phrase du seder :
N’oublie pas que tu as été étranger en Égypte.
Le Kaddish( prière pour l’élévation au ciel de l’âme d’un mort ) est récité en Araméens.
Les dégâts du racisme et de la xénophobie sont inscrits en lettres de sang au fond de notre âme après l’holocauste.
Tout nous rapproche et on s’aveugle à se croire si différent.
Les arabes sont sémites comme moi, l’arabe et l’hébreu sont deux langues très proches.
C’est pas pour rien qu’on est cousin les gars !

D’un point de vue personnel :
Je partage pour mon plus grand plaisir, une partie de cette culture orientale.
Bizarrement, j’adore radio orient et les gâteaux arabes.
A la fac, mes amis proches étaient :  un Libanais, un Marocain, un juif ashkénaze ( ça compte pas à cause du gefilte-fish… Même l’orthographe est immangeable ), et une « française ».
Pourquoi ?
Car j’ai besoin de la différence pour me construire.
J’ai besoin qu’on me contredise, j’ai…
J’ai besoin de l’autre pour devenir moi.

J’en place une à certains (heureusement une minorité) juifs de France qui ne connaissent rien à l’Islam ni au Christianisme  et en parlent avec des préjugés gros comme un camion rempli de mexicains à Tijuana.
Lisez le nouveau testament, ça va pas vous bouffer.
Lisez le Coran, et vous verrez à quel point nos religions se recoupent et se rejoignent.
On y parle d’amour pas de haine.
Je ne dis volontairement pas inch’allah car la paix entre nos peuples repose uniquement sur nous, et j’espère que cela, les Hommes le comprendront un jour.

Yallah,
n’oubliez pas de 🙂

 

Étiquettes : , , ,

La rentrée

On pourra encore s’illusionner quelques semaines avec notre bronzage mais le retour à la réalité se fera de lui-même une fois dans le RER ou dans les bouchons du périphérique.
Finis la grasse mat’ , finis l’air chaud de la plage et surtout, finis le concours de Qui à les plus belles photos de vacances sur Facebook.
La rentrée approche, et avec elle, son lot d’interrogations.

Petit,
j’entretenais une relation conflictuelle avec la rentrée.
D’un côté je l’appréhendais car elle était synonyme d’inconnue et donc de mathématique; d’un autre côté elle était l’antonyme de la monotonie.
Je la craignais -cette rentrée remplie de promesses- autant que je l’admirais.
Chaque année, je lui donnais sa chance, et chaque année c’était à moi de la saisir.
Elle m’a quelques fois déçu, mais comme la vie, elle a toujours eu le mérite de me surprendre.
Quelques jours avant le Jour-R, comme tous les enfants j’achetais les fournitures scolaires.
Quand je faisais les courses, je différenciais 2 catégories.

  • Ce que je dois acheter,
  • et ce que je peux taper aux autres.

La deuxième catégorie comprenait :
Les ciseaux, les crayons de couleur, les feuilles doubles ( Ah les feuilles doubles ! J’aimerais rendre hommage à tous ceux qui m’ont dépanné d’une feuille par une ligne de silence

merci.)
Et surtout, surtout la colle U.H.U jaune.
La seule colle U.H.U que j’ai eue, c’était en CE1 et je l’avais goûté car elle avait la même odeur que les Danettes ( je vous vois venir, non je n’ai pas testé Le petit marseillais vanille ).
En 6eme j’avais un cahier avec le protège cahier, en 3eme j’avais le cahier, en 1er une feuille, en Term je ne voulais pas restreindre ma liberté de penser à une simple feuille ( ah la Philo’…), et à la Fac…. De quoi, on avait cours cette aprem’ ?!
La meilleure partie de ses courses pré-rentrée, c’était l’achat du »cahier de textes » Etudiant à 9€ pour faire grand et parce qu’il y avait des petits bonhommes rigolos dessinés, et un test pour savoir si j’allais être astronaute ou sans emploi dans 10 ans.
Cet agenda allait vite devenir le centre d’attention d’une hypothétique amoureuse voulant m’écrire une déclaration.
Agenda qui allait aussi devenir une réserve bien utile pour déchirer des petits bouts de papier s’affranchissant de leurs pages que j’envoyais à l’amoureuse en question.

Grand,
J’ai juste un dossier sur le bureau de mon PC intitulé :
Rentrée 2012.
Tous les ans, je change le dernier chiffre, mais à l’intérieur du dossier rien ne change.
Il y a :
Faire du sport ( courir comme dans les films américains ), manger équilibrer (  pas comme dans les films américains ) , faire quelque chose de constructif ( ? ).
Je crois que c’est le préfixe re-  qui me gêne pour faire « avancer » mon dossier.
Je vais le renommer ce dossier, je vais l’appeler Entrée 2012.
Ouais, ça sonne pas mal…
Cette année, je fais mon Entrée.

Je vous souhaite une bonne entrée à tous, et même si elle ne tient pas ses promesses, tenez les vôtres !

By The Way,
N’oubliez pas de sourire 😉

 

 
2 Commentaires

Publié par le 24 août 2012 dans Chroniques

 

Étiquettes : ,

Et si on allait en boîte ?

J’ai un souci avec les boîtes de nuit.
Non, j’en ai plusieurs en fait.
Mais avant de :
danser,  boire,  gueuler « nananana… Tacata bro ! » ou  » All I want is u yoooo ma cheeeerie »
il me paraît important que l’on parte sur les mêmes bases, car sinon on risque de ne pas se comprendre.

Avant de rentrer

Les gens vont en boite principalement pour pecho ( ou plus si Ryan Gosling uniquement ).
On connait tous les mythos qui font:
– Alors pas du tout, moi je ne vais pas en « boite »  mais en discothèque , et c’est uniquement pour « m’amuser  » avec mes copains/copines.
Il y a aussi le top mytho :
-Pourquoi je vais en boite ? Pour faire des rencontres.
Justement, voila ma copine :
Je te présente Zahia…
Joli tour de poitrine hein ?

– Elle a aussi fait un joli tour de l’équipe de France ouais…

Personnellement, je n’aimerais pas rencontrer ma femme en boîte.
Je m’imagine, face à mon gosse:

– Papa, alors comment t’as rencontré maman ?
– J’étais bourré, et il faisait noir, t’imagines bien…
Allez, soit gentil fiston, va apporter la gamelle à ta mère.

Tout ça pour dire, qu’en boite, on s’éclate, on se frotti frotta ( un pti’ tour et puis s’en va…  ou pas.Tout dépend du garçon ) et bien sûr on pecho.
On essaie du moins.
Maintenant, que nous sommes sur les mêmes bases, on peut passer aux choses sérieuses.
Ma première interrogation :
Pourquoi doit-on venir accompagné si on rentre pour pecho … des filles ?
Je veux dire, si j’ai quatre bombes atomiques avec moi, je ne vais pas en boite avec elles mais dans ma chambre. ( Bonjour je m’appelle Stifler… )

Une fois rentré

La première chose que je remarque en boite c’est que, comme l’été ou les lunettes de soleil, tout le monde se croit beau.
Quand tu rentres dans la salle House ou R.N.B collé-serré 😉 , tu es hyper chaud.
On dirait Johnny qui allume le stade de France.
Perso’, je rentre dans la boite comme si c’était MA soirée, presque ma bar-mitsva ( et pour Yoram chantons tous mazal tov ).
Puis, peu à peu, j’ai l’impression d’être une pute en boite, j’offre mon sourire ( et pas mon cul ) à la plus offrante.
Et bizarrement, je me dé-chauffe aussi vite que je me suis chauffé .
Très vite, je sors de la salle, blasé, comme si je m’étais fait renvoyé de cours.
Autre chose, je ne comprends pas ceux qui vont en boite avec leurs copines ( ou vice versa ).
En boite, t’es comme un arbre, tu appartiens au domaine publique.
Et puis il y a un moment où je m’assois et je regarde les gens.
Je les contemple.
Je vois une fille mignonne (dans le noir hein) qui se trémousse sur la piste de danse.
Je remarque deux mecs débarqués pour danser avec elle et je souris.
On dirait  2 hérissons sur une éponge Spontex.
C’est risible.
Une boite c’est comme une grande boucherie, avec de la viande à vendre et à 3H les restes.
Et là je me dis :
Putain, ça craint pour l’avenir de l’humanité.
Paradoxalement, l
‘amour en boite c’est ce genre d’Amour certainement pas à emporter.


P.S : Sérieusement, qui m’apprend à zouker ?

 
1 commentaire

Publié par le 13 août 2012 dans Chroniques

 

Étiquettes : , , , , ,

J’ai pris le bus en Israël

Le bus Egged en Israël est une véritable institution.
En effet, Israël étant un tout petit pays toutes les villes sont reliées par un efficace réseau de bus.
Ce n’est pas cher ( 6 € la course Tel-Aviv-Jérusalem ), rapide ( Israël, le seul pays où le bus est plus rapide que  le train … Whadafuck ?! ), et conviviale ( je vais en reparler ).
Les bus sont modernes, et depuis peu il y a même du WIFI.
Mais, encore faut-il pouvoir monter dans le bus ….

Avant que le bus arrive, tout le monde est civilisé, détendu, on se croirait presque dans un pays européen.
Mais une fois le bus arrivé, c’est l’anarchie, la règle implicite que l’on nous apprend depuis notre tendre  enfance du : « chacun son tour » n’existe plus.
C’est la règle du plus fort.
Chacun trouve une bonne excuse pour rentrer le premier :
d’un coup le mec à côté de moi doit aller au mariage de sa cousine.
La meuf derrière moi est enceinte.
L’autre a des enfants ( et alors c’est pas le Titanic les gars ?!)
Il a 5000 ans, je suis convaincu que D.ieu voulait envoyer un bateau mais on ne serait pas tous rentré, il y a  donc décidé d’ouvrir la mer rouge.
Par contre une fois dedans, j’ai l’impression d’être dans le nouveau bar à la mode.
Tout le monde se parle dans le bus, et j’ai même eu droit à une meuf qui m’a un jour fait :
– Tu vas où toi alors ?
‘Faut juste bosser encore un peu les approches…

P.S : Kfir, je te souhaite beaucoup de Mazal en Israël, Take care.
C’est pas original mais tu sais que je t’aime même si t’as un coeur sur ton pseudo BBM 😉

 

Étiquettes :

 
%d blogueurs aiment cette page :