RSS

Mes techniques pour impressionner le correcteur en examen

05 Mai

Je vais vous dire un truc.
J’ai fait des choses dont je ne suis pas fier.

Sur ma copie d’examen…. justice

J’écris les trois dernières phrases de ma copie super bien.
C’est un mouvement tactique assez efficace je trouve.
Le correcteur lira ça en dernier et aura une superbe impression de ma copie.
Du moins en théorie.
J’y mets donc toute l’implication et l’application nécessaire.
Mes 3 dernières phrases sont tout simplement magnifiques.
Mes L s’envolent comme des ballons de baudruche, mes O sont parfaits comme si j’avais un compas sous la main, et mes F on dirait des clés de sol.
Mes mots ont la primeur et l’élégance des dictées d’école.
Le probleme c’est que je suis un peu grillé…
Evidemment, quand on jette un oeil au  reste de ma copie….
On dirait un médecin avec Parkinson qui l’a écrite.
J’ai l’impression d’être un agent immobilier qui montrerait en dernier une salle de bain flamboyante quand le reste de l’appart’ est miteux.

Ma dernière phrase est toujours un peu philosophique.
Ça me permet de faire croire que je suis intelligent ( alors que bon tout le monde sait que même chez les cons j’suis pas le premier )
Pour cette technique, il vous suffit juste de vous mettre dans la peau de la voix off de Zone interdite.
Je suis sûr que c’est dans vos cordes.
Il faut teaser comme dans une bande annonce.
Du style :
L’indemnisation est bien sûr favorable à la victime, mais est-ce toujours le cas ?…
Le service public est-t’il aujourd’hui toujours le garant de l’intérêt general ?..
L’administration oublie t’elle ce qu’est la justice dans un Etat de droit ?
Comme le disait Bruel, qui, qui a le droit ?
Et puis surtout :
Qui peut dire je t’aime… donc je suis ? ( quuiiiiii peut direeee )

Je meuble.
Dans toutes les études littéraires, il faut savoir meubler.
Quelques fois, je meuble tellement  bien que je sais même plus ce que je voulais dire.
J’évalue à chaque fois mes connaissances ( pas grand chose ) et ce que je dois combler ( beaucoup trop ).
Pour cela, je joue sur plusieurs leviers  :

le suspense > J’allume le mec. Je le mets en suspense de connaissance. Tu sais que je sais, mais je te fais mijoter un peu avant de te balancer ce que je sais.
50 nuances de gris > Je dis la même chose de façon différente. A savoir doser tout de même. Le correcteur n’est pas non plus handicapé.
Les adverbes > hypothétiquement, écrit en gros il te comble une phrase direct et même le trou de la sécu.

A la fin de mes études, je m’attends presque à avoir une double License :  Droit / DRH chez casto’

Je fais des ratures pour pas que le prof’ sache que je ne savais pas orthographier un mot.
un L ou deux ? Un E ou un S ?
Dans ce cas, j’écris le S  puis je le barre à moitié.
Genre c’est mal écrit.
Ou je fais un tout petit  E.
C’est la technique de la feinte de lettre.

N’oubliez pas de sourire 🙂

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 5 mai 2015 dans Chroniques

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :