RSS

Archives Mensuelles: juin 2015

Comment parler du conflit israelo palestinien et s’en sortir vivant

Ce titre est bien trop long.
Pas sur de faire le buzz avec ce thème.
Promis, la prochaine fois vous verrez des chats, des bébés, et des poneys.
Empilés.
Bref, avant de parler de ce conflit, il faut déjà déterminer AVEC qui tu en parles…

Avec des juifs :

Je la redoutais depuis le début du dîner mais elle vient d’atterrir devant moi.
Brace yourself Israel is comming.
Vous rentrez dans une zone de turbulences.
L’inévitable discussion sur le conflit en Palestine  Israël.
Cette fameuse terre où les larmes coulent quelques fois plus souvent que le lait et le miel.
Je le sais, à partir de maintenant, je vais devoir faire attention à ce que je dis.
Un seul mot de travers et je me mets la moitié des convives à dos.
Et puis surtout, je veux rester jusqu’au dessert.
Alors je prends la sage décision d’écouter mais de ne pas intervenir, comme un agent de L’ONU.israel-palestine-small
J’entends le fanatique de la bande mélanger politique et religion dans une bouillabaisse indigeste.
Il dit des trucs à faire pâlir la famille Borgia et les tarés de la lessive.
J’ai envie de dire un truc mais non je ne dois pas.

Yoram fais pas le con, tu vas foutre la merde….
Pense au dessert….
Je marche peut-être sur des oeufs, mais lui marche certainement sur la tête.

J’ai de plus en plus envie d’intervenir alors je me gave de hala ( pain traditionnelle qui ressemble à Harry’s, la brioche, pas le chanteur ) pour me calmer.
Peut-on étouffer quelqu’un avec la mie de la hala ?
Je peux plus tenir, je suis dos au mur alors je dis un truc un peu critique pour équilibrer le débat.
Gros blanc dans la conversation.
Des paroles et… fin de l’acte.
J’ai eu le malheur de tenir un propos pro-palestinien alors David me sort  :
– Attends attends Yoram, t’es pas pour Israël ?
– Non mais les gars c’est pas de l’Eurovision dont on parle…
J’essaie de détendre l’atmosphère en disant à David qu’il serait mieux placé pour me jeter la pierre s’il s’appelait Ararat.
Il rigole pas.
Un peu tôt pour les vannes.
J’ai bien l’impression que je peux dire bye bye au dessert…

Avec des non juifs  :

Soyons honnête, une grande partie s’en fiche.
Et je les comprends.
Pour eux le moyen orient c’est un gros bordel.
La Syrie, Daesh, le virus Ebola, Inception, Finkelkraut, ils y comprennent rien.
Et puis de toute manière ils s’en foutent.
Bien sûr qu’ils s’en foutent, de toute façon c’est loin et ils partent en vacances en Bretagne.
C’est comme les tensions entre la Chine, le Japon, le Tibet, la Corée du Sud…
Du moment que Sushi Shop livre à la bonne heure…
Pareil pour Israël, du moment que l’As du Fallafel est ouvert, tout va bien.

N’oubliez pas de sourire 🙂

Publicités
 
 
%d blogueurs aiment cette page :